NUMÉRO 2

CinéCirque N°2

À travers le duo comique italien Franco et Ciccio, Enrico Gheller rappelle que la comédie italienne s’inspire fortement du répertoire ancien des masques de la commedia dell’arte et que le fait d’avoir travaillé, sur scène ou sur la piste, les a conduits à une forme de récit fondamentalement linéaire afin que la continuité dans l’action ne soit pas altérée par le montage. Gabriella Merloni quant à elle, rend compte de l’univers de la piste à travers le duo Foottit-Chocolat que Roschdy Zem fait revivre avec sa caméra, pour assumer une dimension socio-politique à l’intérieur même du cirque. Les clichés racistes trouvent une voie de représentation dans l’univers circassien, rejoignant par là le duo Totò-Ninetto dirigé par Pasolini qui tente de défaire les stéréotypes raciaux en faisant parler les animaux : le monde du cirque et le monde extérieur tantôt se contredisent, tantôt se renforcent. Odile Étaix enfin, passe au peigne fin les trois générations de comiques du cinéma mettant en évidence que le cinéma des origines se trouve bel et bien dans les cirques, là où le public cherche avant tout à se divertir, à s’amuser. Une transition qui se veut prolongement entre ce que Théophile Gautier appelait « l’opéra de l’oeil » pour désigner le cirque et « l’oeil de la caméra ».

Pour télécharger le pdf, c’est ici : CinéCirque N°2